• lien sécurité
  • lien lumière
  • lien sonorisation
  • lien machinerie
  • lien orga spectacles
  • lien orga exposition
  • lien territoires
  • lien lieux scéniques
  • Obtenir une version PDF des pages de la rubrique

La perception du son

 

L'ouïe


L’ouïe est le sens qui nous permet d’entendre (mais aussi de communiquer et de maintenir notre équilibre). L’oreille est l’organe qui perçoit les vibrations de l’air.

Notre récepteur auditif est délicat et compliqué. Il n’est pas linéaire en fréquence, ni en sensibilité. Les courbes de Fletcher et Munson nous montrent la sensibilité de l’oreille en fonction de la fréquence.




OreilleLa sensibilité maximale de l’oreille se situe aux environs de 1000 hertz et demande une pression acoustique de 2.10-5 Pa soit 0 dBspl.En revanche à 16 Hz et à 20 000 Hz cette pression doit être 100 000 fois plus grande pour entendre ces fréquences.Lorsque nous écoutons à faible volume sur notre chaîne Hi-fi par exemple, nous utilisons un filtre de correction physiologique appelé Loudness, qui augmente les fréquences basses et aiguës que notre oreille entend moins. Le son devient plus chaud, plus précis et plus séduisant.

Des expériences sur un grand nombre de sujets ont permis de tracer les courbes qui suivent. On voit que dès 25 ans l’acuité sonore diminue.



Seuil d'audibilité



L'oreille


Perception stéréophoniqueNos deux oreilles sont placées des deux côtés de la tête. Elles sont écartées d’à peu près 17 cm (15 à 20 cm).

Du fait de la vitesse du son qui se déplace à 340 mètres/seconde, on remarque qu’il y a un décalage de temps d’arrivée du son entre l’oreille droite et l’oreille gauche. Ce décalage temporel est interprété par le cerveau pour localiser l’origine d’un son sur le plan horizontal. Il est la base de la stéréophonie.

Ainsi, le placement des sons dans l’espace stéréophonique que l’on a l’habitude de pratiquer avec le panoramique en jouant sur la différence de volume entre les deux enceintes permet un positionnement imparfait puisque l’on a toujours deux sources sonores au lieu d’une seule.





Le système auditif se divise en trois parties :

L'oreille extérieure
Elle est composée d’un pavillon et du conduit auditif. Sa forme a la fonction de modifier légèrement le son suivant son angle d’arrivée, avant de parvenir au tympan, c’est ce qui permet au cerveau de distinguer l’origine de la source sonore.

NB : Les épaules, en réfléchissant le son, aident également à distinguer son origine verticale

L'oreille moyenne
Elle comprend le marteau, l’enclume et l’étrier qui transmettent les vibrations du tympan à l’oreille interne.

L'oreille interne
Elle transforme les vibrations en signal électrique transmis au cerveau par le nerf auditif.
Des cellules ciliées vibrent sous l’action du marteau et de l’enclume. Ces cellules sont fragiles et ne se régénèrent pas. Une fois détruites ou abîmées, elles ne peuvent plus transformer les vibrations sonores en influx nerveux.



Système auditif




Son perçu par un foetus

Sécurité

Afin d’éviter des lésions irréversibles de l’audition, il est nécessaire de porter des protections auditives (bouchons jetables, par exemple) et de limiter le temps d’exposition aux niveaux sonores importants.
L’interprétation du son par le cerveau est appelée psychoacoustique.
Le cerveau n’interprète pas le son de manière objective. Il existe deux phénomènes importants à considérer : l’effet de masque et l’isosonie :

L’effet de masque se produit lorsqu’un son a un volume plus important qu’un autre. Plutôt que d’entendre parfaitement les deux sons à des volumes différents, on entend bien le plus fort, mais le plus faible devient difficile à distinguer car il est masqué par l’autre. Par exemple, si quelqu’un vous parle en discothèque, vous n’arrivez pas à l’entendre à cause du bruit ambiant.

Pourtant le son existe bien et vous devriez l’entendre, mais la différence de volume fait que vous n’arrivez pas à concentrer votre écoute sur le son le plus faible. Par ailleurs, les sons graves ont également tendance à masquer les sons aigus.

L’isosonie concerne la courbe de réponse de l’oreille. En effet, nous ne percevons pas de la même manière les graves, les médiums et les aigus à volumes identiques.
Ce phénomène trouve ses origines à notre petite enfance. Il s’agit d’une certaine culture de l’oreille: le maximum de sensibilité se situe autour de 1000 Hz, ce qui correspond à la voix de la mère perçue alors que le bébé est dans son ventre, puis de sa propre voix.
 
 
 
 
 
 
 Partenaires
Dernière mise à jour le 20/07/2011